Aller au contenu principal

4 février 2011

Découverte du Buchla

par deb76blog

Buchla système #5

Cela fait trois semaines que j’ai reçu ce que j’appellerais mon synthétiseur ultime, un Buchla système #5. Une belle bête, d’une puissance de synthèse plutôt étonnante. C’est un modulaire avec une série de modules de traitement qu’on commande à Don Buchla aux Etats Unis.Il faut grosso modo quatre vingt dix jours entre le moment où la commande est entérinée et sa réception. Pour ma part, je l’ai reçu le 11 janvier dernier.
Puissance, donc, car chaque module est géré par un micro-processeur qui permet ainsi de multiplier les possibilités du système. Et si, on devait faire une comparaison avec un système modulaire Moog, c’est un pan de mur qu’on devrait installer. Ceci étant, un Buchla n’a rien à voir avec un Moog, synthétiseur qu’on pourrait résumer ainsi, un module égale une fonction. La synthèse est différente, elle est analogique et numérique, c’est ce qu’on appelle un hybride. De même, avec un Buchla faire un lead ou une ligne de basse bien puissante se révèlerait assez fastidieux. On peut, mais le patch sera complexe. Et un Buchla n’est pas fait pour ça. C’est une fantastique machine à sons, fait pour la synthèse.

Avec ce blog, je vais tâcher de faire partager mes premiers pas avec  ce système qui est relativement complexe à maîtriser de prime abord. En fait, pas tant que ça à partir du moment où on a compris la philosophie de Don Buchla. Et là, à partir de ce moment – qui correspond peut-être à l’instant où on commence à décrypter visuellement la nature d’un patch. C’est à dire les interactions entre les modules reliés physiquement par des câbles, des câbles bananes qui ont la particularité de pouvoir s’entre-connecter ce qui permet de faire des patchs (connexions entre les modules) complexes, de pouvoir diriger la même sortie pour des modulations sur plusieurs entrées différentes.

Quelques heures après une première découverte, dans la nuit du 11 au 12 janvier j’ai vérifié testé la musicalité du Buchla avec des séquences réalisées avec un de mes patchts de Max for Live. Je voulais vérifier le pilotage du Buchla au niveau de l’envoi des séquences par midi via le module 225e. Les séquences ont été traitées avec les effets de Live. Sinon, ont été utilisés le Twisted Waveform Generator (259e) et les deux Complex Waveform Generator (261e). Les trois oscillateurs se modulent en cascade et le Fluctuating Random Voltages fait changer les formes d’ondes des deux 261e. Le résultat fut à la hauteur de ce que je pouvais en espérer, avec le Buchla on pouvait faire de la musique :

BuchlaFirst

Et pour finir, une vidéo pour donner une petite idée des possibilités offertes par le séquenceur 250e : 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

S'abonner aux commentaires

%d blogueurs aiment cette page :