Aller au contenu principal

Archives de

31
Août

Buchla 200e contrôle et séquences diverses

Après sept mois, la découverte du Buchla 200e a bien avancé. Durant cinq mois, j’ai arrêté de poster des vidéos ou des séquences audio pour me consacrer à la compréhension de ce synthétiseur modulaire dotée d’une puissance pour le moins étonnante. D’autres le font très bien et ce n’est pas la peine de réinventer ce qui a été découvert déjà. D’autant que trop de vidéos (ou de sons publiées) – pas toutes, heureusement – évoquent un Buchla 200e bruitiste, à mille lieues de ses possibilités musicales. Or, le Buchla 200e est un instrument à part entière et permet avec sa surface tactile de jouer sur les nuances du jeu instrumental.
Et soyons clair,ce qui m’intéresse avant toute chose, c’est d’obtenir avec ce superbe synthétiseur des timbres et des séquences qui puissent s’intégrer dans un projet musical. Mon objectif est de pouvoir l’utiliser en tant que dispositif électronique dans des compositions plus ouvertes, faisant appel à des synthés virtuels – la collaboration avec l’ami Bernard Reeb prouve qu’il y a tout un monde sonore à explorer – des instruments acoustiques ou avec la voix comme celles de Gilbert Desmée ou de Claude Beausoleil.
Côté voix ou traitement d’échantillons sonores, j’ai bien bien progressé. Je me suis fait un patch avec quatre niveaux de modifications sur la voix de Gilbert Desmée, sur son superbe poème Chant. Chacune de ses modifications peut être jouée séparément ou ensemble. Le dispositif fait appel à plusieurs des 12 contrôleurs midi (J à P * 2) du Buchla 200e, notamment en gérant le volume de quatre sorties, mais aussi au Frequency Shifter/Balanced Modulator. Il ne me reste plus que la partition musicale à créer pour accompagner le poème. La banque Ircam Solo Instruments sera sollicitée avec Brass 2 (pour ses trombones passés en ring modulation), l’Origin d’Arturia, le Clavia G2, et vraisemblablement les synthés virtuels Zebra 2 (quand j’écoute ce que fait Bernard Reeb avec) et Phosphore (émulation en synthèse additive de l’Alpha Syntauri), sans oublier l’émulation de l’Ems Synthi Aks, l’Ems Avs pour moduler le Buchla 200e.
Petite remarque, la banque Ircam Solo Instruments (ISI), étonnamment ignorée par les utilisateurs de grosses banques d’instruments, permet avec ses nombreuses articulations de jeu contemporain des instruments – enregistrés par les solistes de l’Ensemble Intercontemporain – de confronter le Buchla à des sonorités plus instrumentales mais aussi et surtout de créer des textures expérimentales.

La vidéo ci-dessus fait partie d’une série d’essais pour maîtriser le Buchla 200e dans l’expressivité en tant qu’instrument à part entière avec sa surface tactile. A la différence des synthés modulaires comme les gros Moog, le Buchla 200e voit tout ses modules (chacun ayant une double fonction, voire plus) gérés par micro-processeurs. Cette gestion numérique permet de sauvegarder les paramètres des patches (pas le câblage, bien entendu) dans une trentaine de presets. Et outre une stabilité immédiate des oscillateurs (numérique et analogique), le Buchla 200e propose aussi 12 contrôleurs auxquels on peut assigner les CC souhaités.
Ce qui m’intéresse avec ce modulaire d’exception, c’est de voir s’il peut s’intégrer de façon efficace et suffisamment précis dans une démarche plus instrumentale que bruitiste.
Pour l’instant, ce ne sont que des prémices.
Précision, la séquence midi utilisée avait été obtenue avec le regretté IPS (Interactive phrase synthesizer) de Cubase.

Grosso modo, le patch peut se décrire comme suit : sur les 4 oscillateurs utilisés – le numérique 259e et les deux 261 dont un couplé en synchro avec l’oscillateur de modulation), deux sont mis en mode mono et deux autres en mode polyphonique, avec des courbes de vélocité différentes. Les quatre busses internes qui délivrent le midi directement dans le Buchla sont affectés à la vélocité, à la hauteur et aux 4 enveloppes via les Note On. Chacune des enveloppes propose quatre cycles différents (transient, cyclic, sustained et aucune) qui peuvent être sélectionnés séparément ou par paire. La fonction Quadrature permet de les affecter avec soit une paire (A-B) ou (C-D), les deux paires ensemble ou aucune. Affectées à une modification des timbres sur chacun des oscillateurs, leur sélection permet d’obtenir des séquences différentes en jouant avec la surface tactile qui a été programmée en conséquence. Les deux touches, à gauche et à droite, sont affectées au contrôle du Decay des 4 enveloppes séparément.
Ces changements peuvent être indiqués sur une partition. La prochaine étape sera de voir avec l’éditeur Notability Pro – qui gère les messages de Max MSP – comment générer directement des envois de commandes.